Flux RSS

Les lundifficiles

Publié le

5h du matin. Je me réveille d’un sommeil plutôt agité, je sens l’angoisse me prendre au ventre et je ne dors plus jusqu’au moment de me lever, vers 7h. On est lundi…

Voilà à peu près comment commencent toutes mes semaines depuis … trop longtemps. C’est un état presque « douloureux » à vivre, qui engendre non seulement de la tristesse, mais aussi parfois des souffrances physiques : maux de ventre, de dos, ou de tête. Et dans les pires des cas, des nausées. Il fut un temps où je vomissais tous les matins avant d’aller à l’école… Eh oui…
Heureusement pour moi, cela a tendance à s’estomper au fil de la semaine (et à mesure que le week-end approche, comme par hasard).

Ces réveils difficiles ne datent donc pas de mon nouvel emploi, mais je pense que l’origine de ces angoisses est toujours un peu la même. Il faut sortir du cocon réconfortant du week-end. Sortir du lit alors qu’on ne demande qu’à y rester. Affronter le monde extérieur. Commencer une nouvelle semaine. Aller travailler. Faire ses preuves, retrouver ses soucis. Retrouver le train-train qui ne laisse pas vraiment de place à la liberté, l’improvisation et la légèreté permises pendant le week-end ou les vacances…
La phobie du lundi, pour moi, s’installe d’ailleurs dès le dimanche après-midi, vers 16h… Je vois le week-end se terminer et  je « cafarde ».

Cet état me poursuit en général jusqu’au moment où je commence à être active au travail ou que j’estime avoir accompli suffisamment de « tâches ». Au fond, c’est toujours un peu pareil : à partir du moment où j’affronte ce que je redoute, mes angoisses s’effacent petit à petit et me laissent un peu de répit. Parfois ça s’en va le matin, mais la plupart du temps je dois attendre midi. Ca s’en va comme par enchantement : tout à coup je me sens mieux, je me sens légère et je deviens beaucoup plus efficace. Et je me surprends, à 16h ou 17h, avec un regain d’énergie et le sentiment que je pourrais travailler, avec plaisir, jusqu’à point d’heure.

Je sais que je suis loin d’être la seule dans ce cas, d’après ce que j’ai pu entendre autour de moi, ou lire sur Internet. Beaucoup de gens sont atteints du « Blues du dimanche soir », de la « Peur » ou « Phobie du lundi ». Et bien sûr, je pense qu’il est possible de gérer au mieux cet état difficile.

Aujourd’hui, j’aimerai partager avec vous une ou deux petites « astuces » que j’ai mises en place, sans forcément m’en rendre compte, afin de mieux appréhender ces jours un peu difficiles :

    • Je fais toujours une liste des tâches que je dois réaliser pendant la journée ou la semaine. C’est une sorte de journal de bord que je tiens au quotidien. Dans un premier temps, je le faisais surtout pour être sûre de ne rien oublier. Avec le temps, je me suis aperçue que tracer au fur et à mesure les tâches accomplies me procurait une satisfaction très rassurante. Cela me permet également de me rendre compte, à la fin de la journée, du travail accompli.
      D’autre part, cela m’évite de me disperser et de penser à ce que je devrais faire une fois que la tâche que je suis en train de réaliser sera terminée. C’est une façon de structurer ma journée. Et dans le travail, j’ai besoin de structure et d’organisation!
    • Je me confronte le plus rapidement possible aux situations qui me font le plus peur. Dans le but bien sûr d’en être vite « débarrassées », mais surtout d’éviter de me pourrir inutilement l’esprit pendant des jours en les repoussant au lendemain. Et une fois que le travail qui me cause le plus de soucis est réalisé, je finis toujours par me dire « Et bien finalement tu en as été capable, ça n’était pas si terrible… ».
    • Je garde toujours une tâche tranquille et que j’apprécie pour la fin de la journée. Cela me permet de terminer sur une note agréable et sereine. Pour celles et ceux qui connaissent un peu mon métier, je garde par exemple toujours le catalogage pour la fin de la journée.
    • Avant de partir, je note sur mon journal de bord ce que je vais faire le lendemain. Cela me permet de me préparer psychologiquement et me rassure. Ensuite, je range, je mets en place ce dont j’aurai besoin pour faire mon travail le jour suivant, afin que la première chose que je voie en arrivant ne soit pas un bordel indescriptible, vu que j’ai un peu tendance à « m’étaler » lorsque je travaille. C’est une façon d’anticiper, mais dans le bon sens du terme : non pas en me disant que je n’y arriverai pas, mais plutôt en préparant le terrain pour que tout se passe bien.
    • Lorsque je quitte le travail, je me sens en général sereine et contente de moi, satisfaite de ce que j’ai fait pendant la journée. Je me sens positive ! Et parfois, je me sens même fière de moi. Je me sens pleine d’énergie, voire de confiance. Je me dis que j’ai affronté une journée que je redoutais et qu’au final je m’en suis bien sortie ! C’est suffisamment extraordinaire pour être relevé, non ? Je profite donc de mon trajet de retour pour savourer cet état de bien-être où je me sens légère comme une plume. Je me dis que je vais pouvoir profiter de cet état pendant la soirée, en faisant quelque chose qui me fait plaisir, une sortie au cinéma, un bon petit plat ou regarder l’Amour est dans le pré une émission culturelle sur ARTE en savourant un petit thé. (Oui, lorsque c’est la saison, mon petit plaisir du lundi soir c’est de regarder l’Amour est dans le pré. Et toc. Le pied, c’est lorsque l’émission est suivie de « Nouveau look pour une nouvelle vie »)

Et vous, vous sentez-vous concernés par tout ça (je parle des lundis difficiles donc, pas des agriculteurs esseulés) ? Est-ce que vous avez des petites astuces pour mieux les gérer ?

Quelques articles intéressants sur le sujet (NON, je ne parle toujours pas des l’Amour est dans le pré ! Ca ne recommence que demain d’ailleurs, avec la présentation des nouveaux candidats.) :

Et en bonus, un petit article un petit peu plus « second degré » qu’une lectrice m’a envoyé :

Publicités

"

  1. Je n’avais jamais entendu parler de la « phobie du Lundi », je vais aller jeter un coup d’oeil à ces articles ! Etant étudiante, j’ai eu peur l’an dernier d’avoir à affronter le blues du Dimanche soir en rentrant, seule, dans ma petite chambre rennaise. C’est mon cas ce soir, et aucun blues à l’horizon ! En fait, même si je passe une partie de l’après-midi en voiture, je ne le ressens pas comme une déchirure (ni avec mes parents, ni avec la douce oisiveté du week-end). Ce soir, j’ai regardé un épisode d’une série, et je vais sûrement me coucher tôt après ce commentaire… Je n’envisage pas du tout la semaine comme une nouvelle vague à passer, en fermant la bouche et en tordant le coup pour garder la tête hors de l’eau…
    Savez-vous pourquoi vous vivez ce blues ? Parfois l’écrire (« je me sens mélancolique parce que le week-end touche à sa fin, que la semaine va être longue… ») peut aider à prendre du recul.
    Autre chose : si ce vague à l’âme vous prend dans la journée, autant prévoir une activité à faire (ne serait-ce qu’une bonne promenade, aller courir, cuisiner…) pour ne pas y penser tout l’après-midi, vous contraignant à ne rien faire. Ainsi, vous arriverez Lundi en repensant aux différentes choses que vous avez faites pendant le week-end, ce qui vous donnera l’impression qu’il a été plus long…
    Enfin, on peut prévoir des choses sympa à faire le Lundi soir (un cinéma ?) pour se dire que le week-end n’est pas tout à fait fini 🙂

    Réponse
    • C’est un peu pour cela que j’ai commencé ce blog, j’ai l’impression que ça peut m’aider de mettre tout à plat et de réaliser certaines choses. Maintenant que j’y pense, c’est vrai que lorsque j’étais étudiante et que je rentrais chez mes parents le week-end, je ressentais le même vague à l’âme en allant prendre le train pour retourner dans mon appart d’étudiante, et ceci alors que j’étais plutôt contente d’y retourner! C’est vraiment bizarre!
      Vous avez raison, c’est pour cela que j’essaie toujours de faire des choses agréables le dimanche, des choses qui me font plaisir afin de déprimer le moins longtemps possible 😀 Du coup je redoute toujours le moment du coucher, car je sais que je vais y repenser, et que je n’ai pas envie d’être au lendemain!

      Réponse
  2. J’ai adoré ton article! Bien que je ne travaille pas à proprement parler, car je suis encore lycéenne, je comprends tout à fait cette angoisse du dimanche soir/lundi matin…le début de semaine, c’est vraiment hard pour tout le monde…
    D’autant plus que je suis dans l’année du Baccaulauréat, donc je ressens ce stress encore plus que les années précédentes. Pour les petites listes dont tu parles, ça m’a fait rire, car je me fais exactement la même chose. Je suis une adepte des listes et j’ai toujours un petit carnet qui me suis pour noter quelque chose à faire, une idée qui me passe par la tête, etc.
    Je me fais même des listes pour le week-end afin de ne pas perdre de vue le travail que je dois faire et que le week-end ne soit pas totalement relâche, ce qui me ferait une sorte de choc entre week-end et semaine! En plus ça permet d’étaler le boulot : je m’avance sur mes devoirs et du coup les soirs de semaine, j’ai plus de temps pour moi, pour décompresser en surfant sur le NET et faire les choses que j’aime, lire, regarder un film, écouter de la musique ou regarder des vidéos drôles…
    L’important c’est de pas se laisser submerger par le travail et de ne pas négliger de bonnes petites pauses pour se récompenser, où on arrête de penser à tout ce qu’on doit encore faire et on se repose!!
    Merci pour le partage des petits liens en fin d’article, je vais aller lire ça, ça m’intéresse.
    J’adore l’émission Nouveau Look pour une nouvelle vie! ^^
    Bisous et je te souhaite bon courage pour demain, j’aurais une petite pensée pour toi! 🙂

    Réponse
    • Coucou Pamplemousse!!!

      Bon courage pour demain à toi aussi, on pensera mutuellement à l’autre 😉 Ca rendra peut-être la chose moins difficiles! Moi aussi, déjà lorsque j’étais à l’école (depuis toute petite) je connaissais cette angoisse du dimanche. Et je crois que si cela persiste dans la vie adulte, ça vient un peu de là, tu verras dans les articles!

      Je vois que tu es très organisée, et ça a l’air de te réussir, bravo! Je suis sûre que comme ça, tu pourras aborder plus sereinement ton bac, même si c’est normal de stresser pour passer cette étape! Je crois que c’est important de mettre en place de petits « rituels » de ce genre, ça a un côté rassurant je trouve. Je fonctionne beaucoup comme cela pour tout ce qui professionnel, et je le faisais aussi pendant mes études. Par contre, pendant mes vacances ou les week-ends j’aime bien me laisser un peu porter, maintenant que je travaille. C’est vrai que lorsque tu as des devoirs à faire ou des choses à étudier, il faut jongler avec et ceci même le week end! Ca prend du temps de trouver son équilibre!

      Les articles que j’ai mis, c’est juste une sélection, si tu en veux d’autres, tu en trouveras tout plein sur Google, ainsi que des forums, etc…

      A bientôt et COURAGE!!! 😀

      Réponse
  3. Moi aussi le lundi, c’est dur !

    Réponse
    • N’est-ce pas…. Je commence à « donner le tour » là, comme on dit chez nous (ce qui veut dire que ça va un peu mieux que ce matin au réveil). J’espère que ça n’a pas été trop dur pour toi!

      Réponse
  4. J’adore tes petites reflexions, j’ai envie de tout lire. J’ai eu pdt longtemsp aussi cette angoisse du dimanche soir, et du lundi matin, surtout qd je faisais encore mes études, et sur certains boulot, où je n’étais pas à l’aise parmi mon équipe. J’ai la chance d’adorer mon travail, mes collègues, et d’aimer aller au travail, mais il reste tjrs un petit truc, généralement je ne peux rien avaler le lundi matin au petit dèj, je pense que tu as raison, que c’est le fait de sortir de ce cocon merveilleux qu’est le weekend où on arrive à faire abstrastion presque totale du boulot, parceque même si on aime son travail, pour ma part je ressent tjrs une petite pression qd je sais que j’ai certaines choses stressante ou à responsabilité à faire sur la semaine! J’essaie de ne faire que des choses que j’aime le dimanche (faire des crêpes et prevoir un bon film le soir…) et surtout de programmer qqchose que j’aime faire pour le debut ou miieu de semaine, comme ça on a qqchose de chouette à attendre!
    🙂

    Réponse
    • Héhé! Bonjour Yummy Yo! Ton commentaire me fait plaisir car je suis ton blog depuis longtemps et j’aime beaucoup ce que tu fais!

      Moi c’est pareil, j’aime mon travail, enfin surtout celui de début de semaine, mais voilà, j’y ai des responsabilités qui me stressent d’autant plus que je ne me sens pas à la hauteur pour les mener à bien (alors que jusqu’à maintenant, j’ai tout mené à bien… Mais boooon!). Tout cela se passe dans notre tête, on entend souvent « on crée notre propre malheur » et je crois que c’est un peu vrai! Merci pour tes petits trucs, moi aussi j’essaie de faire des choses agréables le dimanche, et c’est vrai que ça permet d’oublier, en tous cas pour un moment, le lundi. Un truc que je repousse aussi le dimanche soir : le moment d’aller me coucher. Car j’appréhende de me réveiller le lendemain… Oui je sais, c’est tordu!

      Réponse
  5. joui c’ets vrai que le lundi ets un jour particulier…maintenant que je bosse en free lance je le ressens moins, car comme je reste à la maison c’ets beaucoup plus cool… mais quand meme ca fait bizarre comme jour, juste apres avoir passer le week end en famille, me retrouver seule à la maison, en meme temps je suis trop contente , et puis d’un coe ca fait vide 🙂

    Réponse
    • C’est vrai, c’est intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un qui travaille depuis chez soi! je me demande comment je prendrai la chose de mon côté! En tous cas là, pour le moment, je dois dire que j’ai beaucoup de mal à gérer ce jour difficile!

      Réponse
  6. Pingback: “Leurs secrets du bonheur”, ce soir sur France 2 « Je me jette à l'eau

  7. ah ben voilà une autre chose que nous avons en commun! Forza, on n’a pas trop le choix de toutes façons, c’est notre côté saturnien!

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :