Flux RSS

Archives mensuelles : février 2012

Le super-pouvoir

Publié le

« La notion d’échec ou de réussite, c’est toujours au regard de nos propres aspirations. » Alain Bashung

J’ai lu un petit livre cette semaine… Le genre de livre qui habituellement me tombe des mains après 2 ou 3 pages… Depuis quelques semaines, j’ai sur ma table de nuit « Le pouvoir du moment présent«  d’Eckart Tollé, dans lequel  je n’arrive décidément pas à « rentrer ». Mais je m’accroche, je m’accroche! Comme ça, je pourrais peut-être vous en parler un de ces jours!

« Oser la liberté … et choisir le bonheur«  de Rosette Poletti, c’est le livre que ma curiosité m’a poussé à lire cette semaine. Enfin, pour être tout à fait honnête, c’est aussi sa très petite taille (95 pages) qui a achevé de me convaincre. Et puis bon… je devais aller au fitness, j’avais oublié mon livre de chevet à la maison (« Le mec de la tombe d’à côté« , de Katarina Mazetti, très sympa d’ailleurs, je vous le conseille) et je déteste faire mes exercices sans pouvoir bouquiner lorsque mes mains sont libres. Voilà  comment ce petit livre s’est retrouvé dans mon sac… Un peu par hasard, en fait! Il m’arrive régulièrement de choisir un livre car j’ai craqué sur la couverture, et bien pour celui-ci… ça n’a pas du tout été le cas 😀 (non, vraiment, l’homme arc-en-ciel, là, comment dire…)

Dans l’introduction, Rosette Poletti présente son livre ainsi :

« […] plusieurs lecteurs m’ont demandé s’il ne serait pas possible de raconter une histoire qui contiendrait et illustrerait les concepts et informations sur le thème abordé. Il leur semblait que cela leur faciliterait la lecture et qu’ils se souviendraient mieux de la manière dont ces concepts pourraient s’inscrire dans la vie quotidienne.

Comme j’avais accepté d’écrire un petit ouvrage sur le thème oser la liberté, j’ai décidé, avec l’accord de mon éditeur, de raconter l’histoire de Bernadette, de sa prise de conscience des entraves dans lesquelles elle vivait, et finalement des étapes par lesquelles elle ose devenir libre. « 

L’histoire de Bernadette, aussi émouvante et touchante soit-elle, n’est pas ce qui m’a le plus marqué dans ce livre, et je ne vais pas aujourd’hui en faire une critique, ni même vous encourager à le lire ou pas. Je vous en parle simplement pour vous faire part de ce qui m’a interpellé lors de la lecture, à savoir tous ces petits principes qui sont expliqués et illustrés à travers l’histoire de cette jeune femme en quête des ses origines.

Indépendamment de leurs sources mystiques ou religieuses, qui ne me parlent pas forcément, voici quelques-unes de ces petites phrases qui m’ont fait réfléchir :

« Être éveillé, c’est aussi accepter les événements sans lutter inutilement contre ce qui ne peut pas être changé ».

« Bonheur et malheur résident dans la manière dont nous percevons les choses et non dans la nature même de ces choses ».

« L’intensité de la souffrance des humains est la distance qui existe entre ce qu’ils désirent et ce qui est possible. Vouloir que ce qui est (et ne peut pas être changé) ne soit pas, voilà la source de la souffrance ».

Ces phrases m’ont touchée car elles nous montrent que nous avons un certain pouvoir sur notre vie, sur ce qui nous arrive. Et c’est là tout le propos du livre de Rosette Poletti : en choisissant la liberté, on prend sa vie en main. En d’autres termes, nous sommes RESPONSABLES de notre vie. Non pas des malheurs et des coups durs qui nous détournent de la route que l’on s’est tracée et sur lesquels nous n’avons aucun moyen de contrôle  (maladie, perte, deuil, etc.), mais de notre façon de les aborder. Il s’agit de ne plus se poser en victime, mais d’être conscient qu’à plus ou moins grande échelle, nous avons les ressources en nous pour choisir la vie que nous vivons et pour surmonter les obstacles qui se mettent en travers de notre chemin.

Il y a quelques années, je me plaignais à une copine que mes parents me traitaient toujours comme si j’avais encore 12 ans et demi. Ou que j’avais parfois l’impression d’être transparente dans un groupe de personnes, que l’on ne me voyait pas, que l’on ne m’entendait pas. D’être celle qui est là mais à qui on ne fait pas attention. Et là, la révélation… Sans autres détours, elle me balance à la figure : « Quelque part c’est parce que tu le veux bien… Si tes parents te traitent comme une gamine, c’est que d’une certaine façon tu les y autorises. Si tu as l’impression que les gens ne font pas attention à toi, c’est que tu ne fais rien pour attirer l’attention. »

Et vous savez le pire dans tout ça ? Elle avait raison ! Les gens se comportent de telle ou telle façon avec nous, car à travers notre comportement, conscient ou pas, nous les y autorisons. Ce qui est bien, c’est qu’à force de travail, nous avons le pouvoir de changer cela.

Et de même, à travers les choix que nous faisons, nous avons le pouvoir… de changer notre vie, de faire coïncider ce qui est possible avec ce que nous voulons.

Alors ça peut vous paraître un peu gnangnan dit comme ça, mais moi je trouve ça très positif et encourageant : prendre en main sa vie, c’est se donner la chance d’être heureux!

Il est évident que cela ne se fait pas en un claquement de doigt du jour au lendemain et demande un grand travail sur soi. Un travail long et difficile (sinon tout le monde nagerait dans le bonheur en ce moment-même). Mais la vérité est pourtant là : nous avons tous les jours la possibilité de faire des choix qui nous permettent de vivre en accord avec nous-mêmes. Cela implique parfois de renoncer à certaines choses, tout en restant conscient que l’on peut être heureux en dépit de ce sacrifice. J’ai envie de croire que petit à petit, on peut y arriver !

D’ailleurs, je suis sûre qu’il vous est à tous arrivé d’en passer par là : un jour où l’autre, on fait le choix qui change notre vie, à plus ou moins long terme, de manière consciente ou non. On sait qu’on a fait le bon choix et on ne le regrette pas, même s’il s’est fait dans la douleur. Je suis sûre que ça vous parle ! N’hésitez pas à m’en faire part ! Je vous parlerai des quelques « grandes décisions » qui ont eu un certain impact dans ma vie dans un prochain article (quel suspense dites donc, vous n’en pouvez plus là, einh ? :D)

Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan

Publié le

Résumé

Dans ce livre, Delphine de Vigan entrepend la quête (perdue d’avance, selon ses propres mots) des origines du mal qui a poussé sa mère, la belle Lucille, à se donner la mort à l’âge de 61 ans. Grâce aux témoignages des ses oncles et tantes et aux documents rassemblés au fil du temps (journaux intimes, correspondances, enregistrements, films, etc.), elle plonge dans l’histoire d’une famille nombreuse « classique », gaie et heureuse en apparence, mais marquée par la fatalité. Petit à petit, le voile se lève sur les drames qui ont jalonné le passé : une série de morts prématurées, quisuperb ont marqué l’histoire familiale sur plusieurs années.

En parallèle, l’auteur s’interroge sur la difficulté d’écrire sur soi et de prendre du recul par rapport à sa propre histoire, sur la nécessité de remuer un passé douloureux et de briser des tabous, au risque de détruire un équilibre familial construit sur des silences et des non-dits.

Mon avis

Je dois dire que j’ai commencé ce livre sans grande conviction et sans en attendre beaucoup : on en parlait énormément, j’ai été curieuse.

Ce fut une très bonne surprise pour moi. Le destin de Lucille  m’a vraiment emporté. Le sujet m’a interpellé, les questions soulevées par ce roman également. Je regarde cette femme  magnifique qui fait la couverture du livre et je ne peux m’empêcher de me questionner sur les tourments qui l’ont poussée à commettre ce geste fatal : est-ce le poids du passé qui l’a fragilisée ou ce mal a-t-il toujours été présent en elle et aurait fini par la détruire malgré tout? A la lecture des évènements dramatiques qui ont marqué cette famille, j’en suis venue à me demander si au final certaines personnes « n’attiraient » pas le malheur, ou n’était pas maudites. Lucille a souffert d’une maladie qui a fini par l’isoler et la couper des siens et je ne peux m’empêcher de me dire que c’est peut-être le poids de cette solitude qui l’a poussée à se donner la mort.

Bien sûr, on peut reprocher à ce livre un côté « voyeuriste ». Mais je vous rappelle que je regarde l’Amour est dans le pré et que je ne rechigne pas à regarder une petite télé réalité de temps en temps. Non, plus sérieusement, je pense que cet aspect est bien présent dans le livre, mais qu’il est un peu inévitable lorsque l’on traite ce sujet et que l’on lit un livre qui s’approche plus de la biographie que du roman. Cela ne m’a donc pas posé problème, mais je peux comprendre que certains s’en trouvent gênés. Par contre, je ne suis pas d’accord avec certaines critiques qui qualifient cet ouvrage de doloriste. Évidemment, ce roman est triste, mais je l’ai trouvé également porteur de joie, comme un message pour accepter la part d’ombre qui est en nous pour que malgré tout, la vie continue…

Vous l’aurez compris, j’ai trouvé ce livre bouleversant et je pourrais vous en parler longuement encore, mais je ne voudrais pas trop en dire non plus !

Extraits :

« J’écris ce livre parce que j’ai la force aujourd’hui de m’arrêter sur ce qui me traverse et parfois m’envahit, parce que je veux savoir ce que je transmets, parce que je veux cesser d’avoir peur qu’il nous arrive quelque chose comme si nous vivions sous l’emprise d’une malédiction, pouvoir profiter de ma chance, de mon énergie, de ma joie, sans penser que quelque chose de terrible va nous anéantir et que la douleur, toujours, nous attendra dans l’ombre. »

« « La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. »

Petit bonus :

Le titre est tiré de la superbe chanson « Osez Joséphine », d’Alain Bashung…

« Leurs secrets du bonheur », ce soir sur France 2

Publié le

Juste une petite note rapide…

L’une de mes amies vient de m’annoncer qu’une émission de France 2, diffusée ce soir, pourrait m’intéresser ! Il s’agit de l’émission « Leurs secrets du bonheur », présentée par Frédéric Lopez, à 20h35.

Plus d’info ici : Leurs secrets du bonheur.

Je n’ai jamais vu cette émission, je ne sais pas du tout ce qu’elle vaut, mais je dois dire que je suis assez curieuse ! Alors je pense que ce soir, je vais prendre mon duvet sur mon canap’, un petit thé, et hop!

Très bonne journée!

*Edit du 10.02.2012 :

Bon.. finalement une émission assez bateau, j’ai été un peu déçue, même si j’ai apprécié la deuxième partie de soirée.

Une petite phrase que j’ai retenue :

« C’est important de se confronter à ses peur, car ne pas s’y confronter, c’est fuir. Et quand on fuit, on passe à côté d’expérience qui peuvent s’avérer difficles, masi qui nous permettent d’avancer et de se trouver » (à peu près einh, je la cite de mémoire, donc bon… Mais ça rejoint bien ce que j’ai peu aborder dans l’un ou l’autre de mes précédents billets!)

%d blogueurs aiment cette page :